TOUJOURS ENSEMBLE

de Anca Visdei
Le livre :

Éditions La Femme Pressée,
Collection Prêt-à-Jouer
ISBN 2-910584-00-3
Prix 10 €

L’histoire :

Deux sœurs unies par le théâtre. Une dictature les sépare. Correspondance(s) Est-Ouest. Vingt années de luttes et d’amours. Pour quel destin ?

La presse :

-« Délice de feu de joie de théâtre. Impressionniste… Magicienne. »
Michel Cournot Le Monde


-« Anca Visdei a un vrai sens du théâtre. Elle sait d’un trait fixer un caractère, d’une réplique nous livrer la vérité d’un personnage. La pièce de Anca Visdei a beaucoup de qualités, un moelleux, une finesse très séduisants… Elle a le sens du raccourci, de l’ellipse. Elle va à l’essentiel… Belle écriture, stricte mais sans froideur… que soulève toujours l’émotion. »
Armelle Héliot - Le Quotidien


- « On admire la finesse de l’auteur, qui désamorce le drame traitant un thème sombre avec légèreté, naturel et humour. Une combativité et un optimisme communicatif. »
L. M. - l’Express


- « Une pièce spirituelle et passionnée. »
The Villager- New York


- « Cette pièce méditative et rêveuse à deux personnages réussit la remarquable performance de faire exister sur la scène une multitude d’individus vivants et des foules. Des solutions morales qui transcendent les questions de nationalité et d’époque. »
Lawrence van Gelder - New York Times


- « Entre drame et thriller politique, une pièce qui vos tient en haleine, irrésistiblement. »
Hanns Mänhardt


- « Anca Visdei signe une pièce intelligente, drôle sur le courage et l'espoir. »
Sébatien Asselin - Dans le Mille, librairie Millepages


- « L'Histoire est là, mais n'affichant jamais sa lettre majuscule, elle se vit dans le drame humain et quotidien. Pièce formidable, à la fois tendre et impitoyable, pièce de velours et de fer rouges. Anca Visdei donne même une certaine allégresse à cette implacable tragédie. »
Gilles Costaz


" Il y a dans Toujours Ensemble d'Anca Visdei, une écriture de la vérité, du vrai plutôt. Pas un mot qui serait en dehors d'un battement de cœur, d'une lutte pour la vie, de l'appétit d'aimer. L'Histoire est là, mais n'affichant jamais sa lettre majuscule, elle se vit dans le drame humain et quotidien. Et dix-sept ans filent sans que pèse sur notre épaule la patte du Temps. Car le Temps n'a pas la mesure du temps : un mois peut durer des années et une année quelques secondes. La pièce court sur ce rythme-là, vive alors qu'elle eût pu être lente et figée".
Gilles Costaz